Les families du XXI Siècle

La société espagnole a expérimenté de grands échanges démographiques, sociaux et économiques dans les dernières décennies, en passant d'un pauvre pays en être en 1960 pour les standards européens, politiquement conservateur et isolé de son environnement, socialement traditionnel et catholique, avec de bas niveaux d'éducation(urbanisation) et d'éducation, à un pays dans l'année 2.000 plus riche que ce n'a jamais été, avec une économie, une politique et une société plus proche des Européennes, avec une population plus élevée, urbaine, mondaine et consommatrice et idéologiquement plus flexible et tolérante, moins traditionnelle.
Cette évolution a eu des conséquences dans l'institution familière. La famille espagnole se trouve dans une étape de transformations profondes qui affectent sa structure et la dynamique des processus et des rôles qui se libèrent dans son sein/ dedans.

En faisant attention d'une part aux échanges structuraux, nous/on pouvons/peut observer que les foyers ont été radicalement réduits múltiples ou complexes (ceux dans lesquels de distincts noyaux familiers vivaient ensemble) et que, près des familles nucléaires traditionnelles (une paire conjugale et ses enfants et une filles), ils ont de plus en plus une presence les familles "posnucleares":les unions non matrimoniales, des couples sans descendance, des familles "reconstituées ou combinées" (originaires des unions(réunions) antérieures), des couples homosexuelles et bien sûr les familles monoparentales (elles peuvent se constituer à partir de la maternité ou la paternité biologique ou adoptive dans solitaire, à la suite de la mort du conjoint, ou bien à partir de la séparation, le divorce ou l'annulation du lien d'une paire). Ces distinctes circonstances génétiques ne sont pas des anecdotes simples, mais elles configurent les différentes trajectoires vitales qui apaisent un accès inégal aux privilèges sociaux. À l'intérieur des familles monoparentales, le collectif de mères célibataires présenterait une série de conditions particulières qui sont l'objet principal de notre analyse.

En faisant attention par ailleurs à la dynamique des processus et aux rôles qui se libèrent dans le sein(sinus) familier, il est évident que l'accès croissant des femmes à l'éducation et à l'emploi rémunéré, ainsi que l'échange idéologique dans lequel ceux-ci se sont assis, occasionne des échanges progressifs dans la dynamique familière. Ainsi, les rôles que nous dégageons des hommes et femmes à l'intérieur de la famille s'approchaient, à un rythme plus rapide dans son versant(aspect) le plus public, et à un rythme plus lent dans le versant(aspect) privé. Dans le cas particulier des mères célibataires, de plus grandes difficultés existent dans l'accès à la vie de travail acheminées principalement du manque de formation et des limitations imposées par les charges familières.

Tous ces échanges ont porté à un nouveau concept de famille qui pourrait être définie comme "l'ensemble de personnes, unies par des relations d'affection et d'appui mutuel, compromises personellement dans un projet de vie dans commun qui s'aime durable". Cette acceptation et la reconnaissance des situations familières et vitales lesquelles ont été antérieurement repoussées ou obviées se traduit dans un processus de comparaison juridique tant de types distincts d'unions(réunions) comme de types distincts de filiations.

Dans ce contexte, la situation des mères célibataires en Espagne continue d'être ignorée jusqu'au point lequel plusieurs de ces familles ne sont copnscientes du fait d'avoir les mêmes droits et les mêmes obligations que tout autre type de famille.