12/04/2024

Pilule d’information sur l’exploitation du travail

Dans le cadre du programme “Prévention et sensibilisation à la violence fondée sur le genre” nous considérons que la visibilité et la détection des situations d’exploitation du travail est l’une des actions fondamentales pour travailler à sa prévention. Pour cette raison, nous voulons offrir une information concise sur le concept, la façon dont il affecte spécifiquement les femmes, analyser ses conséquences et proposer des solutions, ce qui est fondamental pour sa prévention et sa détection.

Traite des êtres humains

Le crime de traite des êtres humains – art. 177 bis du code pénal – consiste en une série de comportements liés à la traite des êtres humains : le recrutement, le transport, le transfert, l’hébergement ou l’accueil, y compris l’échange ou le transfert de contrôle, dans le but d’être exploité ou forcé. Sa répression représente une avancée des barrières pénales justifiée par la lutte contre l’une des plus graves violations des droits de l’homme aujourd’hui. Les victimes de ce crime sont souvent des personnes vulnérables, en particulier des femmes, des mineurs et des hommes dans des conditions physiques ou économiques délicates, qui sont habitués à la discrimination et qui n’opposent pas une grande résistance.

Le crime de traite est un crime intentionnel qui requiert, outre l’intention, la poursuite de l’un des objectifs typiques: l’imposition d’un travail ou de services forcés, l’esclavage ou des pratiques analogues à l’esclavage, la servitude ou la mendicité, l’exploitation sexuelle de la victime, l’exploitation à des fins criminelles, le prélèvement d’organes corporels de la victime ou, enfin, la célébration de mariages forcés. Il se caractérise également par le fait qu’il s’agit d’un crime permanent, au même titre que l’enlèvement ou l’effraction, puisqu’il continue d’être consommé jusqu’à ce que la vulnérabilité, la menace ou l’intimidation de la victime ait pris fin. Le droit juridique protégé par ce crime est double : la dignité humaine et la liberté.

De même, dans le cas du crime de traite des êtres humains, l’utilisation de tout moyen de commission qui porte atteinte à la liberté de la victime, invalidant son consentement, comme la violence, l’intimidation ou la tromperie, ou l’abus d’une situation de supériorité, de nécessité ou de vulnérabilité de la victime, est expressément requise, à moins que la victime ne soit mineure.

L’exploitation effective ou la contrainte consécutive à la traite, qui sera sanctionnée par un concours avec le délit correspondant, portera atteinte à d’autres droits légaux, tels que les droits des travailleurs, la liberté, la liberté sexuelle, l’intégrité physique, etc. Cela nous amène à faire la distinction entre, d’une part, la traite des personnes en tant que délit préalable et autonome, dont la réalisation ne requiert que l’objectif d’exploitation ou de travail forcé, et, d’autre part, le comportement criminel subséquent d’exploitation ou de travail forcé. La traite peut être considérée comme un acte préparatoire à un tel comportement qui est expressément incriminé.

L’exploitation du travail comme finalité de la traite des êtres humains?

L’exploitation du travail n’est pas incluse dans le catalogue des objectifs de l’article 177 bis du code pénal. L’Organisation internationale du travail souligne que la différence fondamentale avec le travail forcé, avec lequel il entretient parfois une relation limite, est que le travail forcé est obtenu par l’utilisation de formes de coercition et de menaces pour retenir le travailleur, qui perd sa liberté de manière absolue ou relative, alors qu’une situation d’exploitation du travail implique seulement que les services sont fournis dans des conditions qui violent la législation du travail (article 2.1.A Résolution du 20 décembre 2021 du Secrétaire d’État à l’Emploi et à l’Économie sociale, publiant l’Accord du Conseil des ministres du 10 décembre 2021, approuvant le Plan d’action national contre le travail forcé : relations de travail obligatoires et autres activités humaines forcées).

Parfois, la confusion terminologique a atteint le point de considérer l’exploitation du travail comme une catégorie commune contenant tous les objectifs déjà nommés : le travail ou les services forcés, l’esclavage ou les pratiques similaires, la servitude ou la mendicité. Cependant, il serait correct de la considérer comme un comportement indépendant, moins grave, qui s’intégrerait, le cas échéant, dans les infractions contre les droits des travailleurs, qui se produisent lorsque des conditions de travail illégales sont imposées. Cependant, il sera toujours présent, mais pas seulement, lorsqu’il s’agit de travail forcé, de servitude ou d’esclavage. En d’autres termes, ces objectifs incluent l’exploitation du travail, bien qu’ils aillent beaucoup plus loin, se distinguant les uns des autres par le degré d’atteinte à la liberté ; ou, si l’on veut, il s’agit des formes les plus graves d’exploitation du travail qui impliquent également un certain degré de privation de liberté.

En soi, les objectifs typiques de la traite s’intègrent moins bien dans les articles actuels du code pénal. Le paradoxe est que l’on peut être victime d’un crime de traite à des fins d’esclavage, de servitude ou de travail forcé, mais que l’on ne peut pas être victime d’un crime d’esclavage, de servitude ou de travail forcé en tant que tel.

Étant donné que certaines formes d’exploitation du travail sont criminalisées, telles que l’imposition par l’employeur, par tromperie ou abus, de la situation de besoin du travailleur, de conditions de travail ou de sécurité qui portent atteinte à ses droits, les suppriment ou les restreignent, ou l’imposition de conditions illégales, si une situation de travail forcé suit une situation de traite, la sanction pour le comportement antérieur sera beaucoup plus sévère que l’exploitation réelle qui a suivi.

Dans ces cas, peu importe le type de travail effectué, qu’il soit légal ou non, ou qu’il soit reconnu comme une activité économique, car, dans tous les cas, l’existence de conditions d’exploitation ou de travail forcé est déterminée par la relation entre l'”employeur” et la personne qui exerce l’activité.

Pour en revenir aux comportements et aux objectifs énumérés à l’article 177 bis du code pénal, la soumission d’une personne à des situations d’esclavage, de servitude ou de travail forcé nécessite l’imposition d’une condition personnelle : celle d’esclave, de serviteur ou de travailleur ; la personne est ainsi contrôlée et différentes sphères vitales de la personne sont affectées, et pas seulement la sphère du travail (Réglementation et traitement juridique et pénal des formes contemporaines d’esclavage, Ana Belén Valverde Cano). Le fait de ne pas poursuivre ces comportements en dehors du crime de traite entraîne l’absence d’un mécanisme de protection complet pour les victimes, car il n’est pas possible de créer une politique de prévention du travail forcé, de la servitude ou de l’esclavage s’ils ne sont pas considérés comme des crimes autonomes et indépendants.

La gravité de cette situation n’est pas ignorée sur le plan juridique. C’est pourquoi, en 2017, un engagement a été annoncé en faveur de l’élaboration d’une loi sur la traite. Cette loi, si elle est finalement approuvée, introduira une plus grande proportionnalité et rendra la réglementation plus conforme aux normes internationales. De même, deux chapitres sont créés au sein du titre VII bis du code pénal, qui ne contient aujourd’hui que l’art. 177 bis, et seront renommés “Traite des êtres humains et soumission au travail ou aux services forcés, à la servitude ou à l’esclavage“, dans lesquels la traite des êtres humains et le travail ou les services forcés, la servitude ou l’esclavage seront divisés. Il s’agit d’un premier pas important pour combler le vide réglementaire en faisant de toutes les formes d’exploitation forcée des infractions distinctes de la traite des êtres humains.

L’exploitation du travail dans une perspective de genre

En nous concentrant sur les causes profondes de la traite et de l’exploitation ou de la coercition, bien que le contexte soit toujours le même: la pauvreté, nous ne devons pas oublier qu’il existe une autre cause majeure qui n’a pas changé depuis le début de la traite, puisqu’elle est, d’une certaine manière, intemporelle: la domination, la soumission, la dépendance, l’objectivation et la privation de contrôle des femmes par les hommes. La violence à l’égard des femmes est une conséquence des structures patriarcales qui ont perduré tout au long de l’histoire et qui encouragent et justifient la subordination aux hommes. Nous devons donc être conscients que le sexe des victimes joue un rôle fondamental dans ces situations, et pas seulement pour l’exploitation sexuelle ou le mariage forcé. Le sexe peut être la raison pour laquelle cette personne est victime ou la raison pour laquelle elle est plus susceptible d’être victime, car le fait d’être une femme devient souvent une forme de vulnérabilité, au même titre que la pauvreté ou l’exclusion sociale. C’est pourquoi l’Assemblée générale des Nations unies elle-même a jugé nécessaire de traiter cette situation particulière de vulnérabilité en intégrant une perspective de genre, notamment dans le renforcement des lois visant à lutter contre la violence fondée sur le genre, y compris la traite des êtres humains (Déclaration du dialogue de haut niveau sur les migrations internationales et le développement).

En bref, si nous combinons le capitalisme et le patriarcat, nous trouvons des sujets dans lesquels il existe une discrimination économique et sexuelle ou, en d’autres termes, une féminisation de la pauvreté. L’exploitation du travail n’affecte pas les hommes et les femmes de la même manière. Par exemple, dans le cas de la migration, les hommes sont considérés comme une menace sociale pour les emplois parce qu’ils sont définis comme une “main-d’œuvre bon marché”, tandis que les femmes viennent faire des travaux qui, d’une part, ne sont pas aussi demandés que les emplois plus “masculinisés” et, d’autre part, sont souvent dans l’ombre. Le travail à la campagne, dont on peut voir les conditions d’exercice, n’est pas le même que le travail dans une maison privée, où les conditions sont plus intimes et difficiles à définir.

C’est pourquoi les femmes sont souvent exploitées dans l’accomplissement de tâches et de services domestiques, en dehors de la sphère publique, ce qui constitue une forme d’exploitation presque invisible, qui s’ajoute aux difficultés dont la victime peut déjà souffrir, telles que l’isolement social. S’il est déjà difficile de détecter de tels comportements, cela semble presque impossible s’ils se produisent dans un secteur du travail qui ne dispose pas d’une réglementation complète (Decent work for domestic workers, International Labour Organization).

Immigration, exploitation du travail et traite des êtres humains

Si, en plus de tout ce qui précède, nous ajoutons le facteur de la migration, le risque d’être exploité est beaucoup plus grand. L’instabilité politique et économique existant dans les pays d’origine et les situations d’inégalité sociale placent ces femmes dans une position de vulnérabilité et de discrimination particulière. Ceci, ajouté à l’impossibilité de disposer de ressources économiques suffisantes, entraîne la féminisation des mouvements migratoires et, dans de nombreux cas, la traite des femmes immigrées. Tout cela fait des femmes immigrées les détentrices d’un double statut: victimes de la traite et étrangères en situation administrative irrégulière. En outre, leurs caractéristiques propres, telles que la vulnérabilité économique, doivent être prises en compte.

Dans ces cas, l'”employeur”, en plus du pouvoir de recruter ses victimes, a la capacité et la position appropriée pour leur inculquer la peur de dénoncer ces situations irrégulières, une peur d’être dénoncé qui s’ajoute à la situation antérieure de besoin et augmente de manière exponentielle le risque d’être exploité.


En définitive, il est important de conclure par une réflexion finale qui vise principalement la détection et la prévention des situations d’exploitation des femmes par le travail, ainsi que le travail de récupération qui doit être effectué avec elles dans une perspective sociale et économique qui permette une véritable inclusion dans le marché du travail et la nécessaire autonomie économique, professionnelle, sociale et émotionnelle des femmes qui peuvent se trouver dans des contextes de traite à des fins d’exploitation par le travail.

Plus d’informations et d’autres articles intéressants:

Puedes hacer comentarios con tu perfil de Facebook